ANNIE COLèRE

à partir du 30 novembre

co-écrit et réalisé par BLANDINE LENOIR

SORTIE
NATIONALE

avec Laure Calamy, Zita Hanrot, India Hair, Rosemary Standley,
Damien Chapelle...
France - 2022 - 1h58

Annie Colère 1.jpg

Février 1974. Parce qu’elle se retrouve enceinte accidentellement, Annie, ouvrière et mère de deux enfants, cherche une solution. Commence alors l’anxieuse et solitaire quête. Anxieuse parce qu’elle sait le danger de l’avortement, solitaire car à qui en parler puisque c’est illégal et tabou ? La trouille au ventre, elle pousse la porte d’une librairie où elle a entendu dire que, dans l’arrière-boutique… on pourrait l’aider. C’est ainsi qu’Annie rencontrera le MLAC - Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception - qui revendique la pratique d’avortements illégaux. Accueillie par ce mouvement unique, fondé sur l’aide concrète aux femmes et le partage des savoirs, elle va trouver dans la bataille pour l’adoption de la loi sur l’avortement un nouveau sens à sa vie.
De Blandine Lenoir, l'on se souvenait de Aurore (avec Agnès Jaoui), un bel hymne à l'émancipation féminine. Annie Colère est dans la même veine, mais avec une charge historique puissante, puisqu'il y est question de l'organisation mise en place par le MLAC, un an avant le vote de la loi Veil. Un film comme un hommage à ces militantes de terrain (accompagnées de quelques médecins) qui ont combattu contre les avortements clandestins, en attendant une législation qui tardait à venir. À la fois documentée et très bienveillante,  incroyablement émouvante et joyeuse l’histoire d’Annie, qui découvre la puissance d’appartenir à ce groupe de femmes, fait un bien fou. La douceur de cette sororité qui s’éveille, l’irrésistible force qui pousse à apprendre, à questionner, à revendiquer, à s’émanciper résonnent de façon bien particulière dans notre société actuelle.