EO

co-écrit et réalisé par JERZY SKOLIMOWSKI

du 09 au 15 novembre

avec  les ânes Tako, Hola, Marietta, Ettore,
Rocco et Mela mais aussi Sandra Drzymalska, Isabelle Huppert...
Pologne/France - 2022 - 1h28 - VOST

à L'AFFICHE UNE SEULE SEMAINE

Titre Eo_edited.jpg
EO 2.jpg

Qu’il est joli ce petit âne gris, héros de ce film inclassable, sensoriel, mélancolique, barré, perturbant et séduisant. Certains d’entre vous penseront tout d’abord à la joyeuse Antoinette à son “randonnée-movie” à travers les Cévennes... Mais les plus cinéphiles se souviendront plutôt de l’âne de Au hasard Balthazar de Robert Bresson, et c’est définitivement dans cette direction qu’il convient de regarder puisque Jerzy Skolimowski est un grand fan de ce film - le seul qui l’ait vraiment ému, selon ses dires. Son âne à lui s’appelle Eo (Hi-han en polonais) et se trouve ici dans un cirque, là-bas dans une écurie ou quelque part dans la montagne. On suit ses pérégrinations dans un monde régi par des humains qui apparaissent et disparaissent. Ici le monde est un lieu mystérieux, surtout vu à travers les yeux de l’équidé. Sur son chemin, EO, l’âne gris aux yeux mélancoliques, rencontre des gens bien et d’autres mauvais et fait l’expérience de la joie et de la peine, mais jamais, à aucun instant, il ne perd son innocence.
Dernière facétie de l’octogénaire Jerzy Skolimowski, EO est un road movie animalier qui s’affranchit de tous les codes de la narration : on y navigue dans un maelström d’expérimentations visuelles et sonores. S’il peut paraître misanthrope de prime abord, dans son observation de l’absurdité de la violence humaine, EO est avant tout un conte métaphorique sur la résilience du monde animal, dont l’innocence imperturbable apparaît comme la plus salvatrice des vertus. Un choc cinématographique.