GLORIA MUNDI

co-écrit et réalisé par ROBERT GUéDIGUIAN

DU 11 AU 24 DéCEMBRE

avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan, Anaïs Desmoustier,
Robinson Stévenin, Lola Naymark...
France - 2019 - 1h47

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria. Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie…
En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider.
Pour ce nouvel opus, Robert Guédiguian a réuni son actrice d’élection et compagne, Ariane Ascaride, qui a reçu le Prix d’interprétation à la Mostra de Venise pour ce rôle, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan, quelque part à Marseille, loin du folklore, près du désespoir. En filmant les mêmes visages, les mêmes corps, dans les mêmes lieux depuis plus de 30 ans, Robert Guédiguian a fondé et maintenu une famille qui unit un réalisateur, une troupe et une cohorte de spectateurs. Une fois par an, à peu près, le réalisateur convie cette famille dans les salles, autour d’un nouveau film. C’est l’occasion de prendre la mesure de l’œuvre du temps sur les personnages…
Dans ce miroir magique, et néanmoins matérialiste, le reflet a rarement été aussi sombre que dans Gloria Mundi. Autour du trio, le cinéaste a rassemblé la jeune génération de sa troupe, Anaïs Demoustier, Lola Naymark, Grégoire Leprince-Ringuet, Robinson Stévenin. Avec leur aînés ils forment une tribu unie et déchirée par les liens du sang, minée par le pouvoir corrosif de l’argent, celui qu’amassent les mauvaises gens, celui qui manque aux pauvres gens