LA COMMUNION

écrit et réalisé par JAN KOMASA

DU 08 AU 28 JANViER

SORTIE

NATIONALE

avec Bartosz Bielenia, Eliza Rycembel, Aleksandra Konieczna...
Pologne - 2019 - 1h56 - VOST

Daniel, 20 ans, vit dans la peur au sein d’un centre pour jeune délinquants. Terreur des autres, de lui-même, des actes violents du passé... Son seul salut (c’est le cas de le dire) est dans l’église. Là seulement, en écoutant les prêches du prêtre du centre de détention, il se sent à sa place, en entonnant à pleins poumons les cantiques, il se sent bien. Mais le crime qu’il a commis lui interdit l’entrée au séminaire. En cachette il porte un col romain et prie. Envoyé dans une petite ville de la campagne polonaise pour travailler dans un atelier de menuiserie, Daniel se réfugie d’abord dans l’église du village où il fait la connaissance d’une jeune fille un peu rebelle. Lorsqu’elle l’interroge la réponse de Daniel lui échappe : “Qui est-il ?” “Un prêtre”. Ce qui n’était initialement qu’une plaisanterie devient une imposture. L’homme d’Église du village doit s’absenter, Daniel va donc le remplacer. Il revêt la soutane, lit l’Évangile et prêche avec un tel charisme que la petite communauté est bousculée. Au fil de l’histoire, il se voit confronté à un secret tragique qui ronge le village tel un cancer, se fait de nouveaux alliés et aussi de nouveaux ennemis, et doit faire face à ses propres problèmes. Cette affaire d'imposture, tirée d’une histoire vraie, nous entraîne dans un road movie émotionnel et spirituel incroyable. On a envie de prier pour le jeune Daniel et d'assister à sa chute en même temps.
Le jeune acteur Bartosz Bielenia impose son charme venimeux et nous livre de façon fascinante, avec un tic nerveux par-ci et un regard glacial bleu perçant par-là, la lutte intérieure de Daniel. Son charisme à l’écran est époustouflant. Le film explore la psychologie de l'imposteur, partagé entre sa nature violente, son désir de rédemption et son excitation à tenir une population en son pouvoir mais il décortique également toute la petite communauté conservatrice rongée par son secret. Remarquablement rythmé, non dénué d'humour corrosif, La communion est un film divinement complexe.
interdit aux - de 12 ans