LES INTRANQUILLES

DU 13 AU 26  OCTOBRE

écrit et réalisé par JOACHIM LAFOSSE

avec  Leïla Behkti, Damien Bonnard, Gabriel Merz Chammah, Patrick Descamps...
France - 2021 - 1h58

Bigger selc Cannes.jpg
Intranquilles-1.jpg

Le film s’ouvre sur une scène joyeusement déstabilisante. Le temps est radieux. Damien est à la barre, son petit Amine sourit aux anges : père et fils partagent un moment en mer loin des côtes. Au loin, sur la plage, Leïla dort, profitant d’un moment de répit. Sans crier gare Damien plonge à l’eau, et laisse son fils rentrer seul sur ce bateau qui semble soudain bien trop grand pour lui. On comprend vite que l’acte de Damien n’est pas isolé, chaque minute qui passe révèle d’autres excentricités, d’autres surprises intenses. Jamais le quotidien de la petite famille n’est ce long fleuve tranquille qui permet de s’endormir sereinement. Mais, du moins, on ne s’ennuie jamais. Damien est drôle, imaginatif, agité, dissident, inspiré… La vie avec Damien a ce goût salé de l’aventure, c’est grisant et beau... tout autant qu’électrifiant et terrifiant. Travailleur infatigable quand il s’attèle à peindre ses toiles, Damien est aussi un homme qui s’épuise tout en épuisant son entourage. Un diagnostiqué bipolaire qui ne parvient pas à accepter son état. Le film, magnifique, suit pas à pas, sans jamais les juger, ses personnages si attachants, fragiles funambules, avançant sur le fil ténu qui sépare l’amour de la haine, la normalité de la folie, celle où l’on peut tous basculer d’un instant à l’autre.