top of page

MARIA

co-écrit et réalisé par JESICA PALUD

SORTIE NATIONALE

du 19 juin au 09 juillet

avec Anamaria Vartolomei, Céleste Brunnquell, Matt Dillon...
France - 2024 - 1h42

MARIA 2.jpg

Pour se rapprocher de son père biologique, Maria commence à fréquenter les plateaux de cinéma. Après quelques petits rôles, elle est approchée par Bernardo Bertolucci pour incarner le personnage féminin du Dernier tango à Paris, aux côtés de Marlon Brando. À dix-neuf ans, propulsée sous le feu des projecteurs et au cœur du scandale, Maria Schneider sera marquée à jamais par ce film sulfureux et par son tournage.
Il n’est pas anodin que Jessica Palud ait choisi de remettre en lumière la vie de Maria Schneider. Dans une époque de libération de la parole, il est en effet essentiel de revenir sur le parcours de celle qui a été une des premières à parler - et que personne n’a écoutée. Ainsi, le film est exclusivement raconté depuis son point de vue ; la caméra ne la quitte jamais, la suivant autant dans l’exaltation de sa jeunesse que dans sa descente aux enfers. À travers ses yeux, nous percevons autant la trahison dont elle a été victime que le silence qui l’a alors entourée, les regards réprobateurs et malsains qui l’ont abîmée. Porté par l’interprétation magnétique d’Anamaria Vartolomei (déjà épatante dans L’Évènement d’Audrey Diwan) - et un Matt Dillon bluffant en Marlon Brando - Maria questionne avec pertinence le processus de création, qu’il semble plus que jamais nécessaire d’envisager différemment. Jessica Palud rend ainsi une forme de “justice” tardive à Maria Schneider : “J’espère enfin que maintenant, on l’écoute. Seul notre regard collectif pourra la restaurer. Est-on capable, même aujourd’hui, d’aborder cette histoire à travers son regard à elle et à elle seule ? Pour que son non, enfin, soit entendu.”

bottom of page