top of page

RENDEZ-VOUS AVEC POL POT

co-écrit et réalisé par RITHY PANH

du 19juin au 1er juillet

avec Grégoire Colin, Irène Jacob, Cyril Guei, Bunhok Lim...
France - 2023 - 1h52

Rendez-vous-avec-pol-pot.jpg

Adapté de faits réels ainsi que du livre d’Elizabeth Becker When the war was over, le nouveau film de Rithy Panh parachève son travail sur l’histoire d’un pays devenu, de 1975 à 1979, le Kampuchéa démocratique. Une nation nouvelle et riche de promesses toutes étouffées dans l’œuf par la machine de guerre khmère rouge. Si, pour restituer ce récit d’une tuerie de masse au nom d’une idéologie mortifère, qui rêvait d’égalité et n’entraîna que destruction, l’auteur de l’Image manquante s’arc-boute sur l’essai de la journaliste américaine, il choisit d’édifier une “fiction documentaire”, appellation sommaire pour un film protéiforme, somme de ses précédents travaux.
La scène d’ouverture, prologue caniculaire et pourtant déjà glaçant, qui annonce la tragédie à venir, dépose trois personnages sur le tarmac brûlant d’un aéroport perdu au milieu de nulle part. Trois témoins et potentiellement victimes à venir du régime autocrate de Pol Pot. Il y a là un intellectuel affichant un sourire béat, d’avance conquis par le programme politique de son ancien camarade de la Sorbonne. Un photographe anxieux, scrutant dans cet horizon faussement calme les hors-champ d’une réalité qu’il finira par découvrir. Et enfin une journaliste de la radio française, fine connaisseuse du pays, qui tente, entre objectivité et lucidité tourmentée, de réaliser un reportage en dépit de la langue de bois de ses interlocuteurs.
Cette dramaturgie étouffante se nourrit d’archives (images connues de propagande et celles, plus rares, de corps suppliciés ou de cadavres) ainsi que de séquences figuratives, réalisées en marionnettes, pour “montrer” une horreur que le cinéaste se refuse toujours à reconstituer. La puissance de la mise en scène est incroyable. L’intelligence narrative, aussi.
(d’après Le Nouvel Obs)

bottom of page