UN FILS

réalisé par MEHDI M BARSAOUI

SORTIE

NATIONALE

DU 11 U 24 MARS

avec Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri, Noomen Hamda...
Tunisie/Fr./ Liban - 2020 - 1h36 - VOST

C’est suffisamment rare pour être souligné : deux films tunisiens sont à l’affiche dans ce programme et on s’en réjouit d’autant plus que ces deux premiers films sont plein de promesses. Bien sûr leurs registres sont très différents, Un divan à Tunis est drôle et léger, alors qu’Un fils est tendu et haletant, mais chacun à sa manière nous donne à voir avec talent un pays trop souvent absent du grand écran.
Un fils débute dans la joie d’un pique-nique entre amis. L’air est doux, la campagne tunisienne est belle, la compagnie joyeuse, Farès, Meriem et leur fils Aziz sont heureux. A eux trois ils forment une famille tunisienne moderne issue d’un milieu privilégié. Cet après-midi donne des envies de vacances, Meriem et Aziz décident donc d’accompagner Farès pour un week-end dans le sud du pays. Nous sommes en 2011, le voisin libyen est à feu et à sang, la situation est tendue et sur la route leur vie va basculer. Pris dans une attaque terroriste, Aziz est grièvement blessé. Ils ne savent pas encore combien l'épreuve qui s'annonce sera périlleuse. Face au drame les masques tombent, les secrets cachés font surface.
Pour son premier long métrage, le cinéaste tunisien Mehdi Barsaoui fait d'un drame familial un film à suspense de très belle facture, rythmé par les dilemmes et les émotions de ses principaux personnages qui évoluent dans un semi huis clos. Un film intime, social, politique et sentimental, qui ne vous lâche pas et qui via le drame de ce couple décrit la mutation d’un pays, le poids socio-culturel que peuvent avoir la religion et les traditions sur nous, sur la famille, sur l’image de la femme.